mis à jour le
13/08/07

© avril 2007
La Maison des Arts
Avenue de Tarentaise
73210 Aime

La   dentelle   Du  val  de  tignes

 Il existe aux confins de la Haute-Tarentaise un lieu nommé « Santa Terra ».
Il désignait autrefois quatre villages : la Gurraz, les Brévières, Tignes et Val d’Isère. Ce bout du monde, rude et austère cachait alors une tradition originale : la dentelle.

 Les archives recensent les premières dentellières au milieu de XVIIIème siècle. Et c’est au XIXème siècle que l’essor de la dentelle a été le plus important.
Cet art s’enseignait de mère en fille.

 Les dentellières travaillaient surtout l’hiver à la veillée pour améliorer leur vie difficile à plus de 1600m d’altitude. On imagine la difficulté d’un tel travail à la lueur de la lampe à huile et les conséquences sur la vue.

Jusqu’à l’annexion de la Savoie à la France en 1860, elles fournissaient sur commande des marchands de Turin qui leur expédiaient le fil et les modèles.

 Le coussin et les fuseaux sont particuliers et typiques. On trouve un matériel presque identique à Cogne dans la vallée d’Aoste.

Le coussin en paille de seigle est rembourré sur l’extérieur puis recouvert d’un tissu solidement cousu. Il se porte très facilement au bras comme un panier.

Les fuseaux appelés chevilles ou « beketes » en patois étaient tournés ou taillés au couteau. Ils sont originaux avec leur grosse boule et assurent une tension naturelle du fil. Cependant, sur certaines cartes postales, on voit des fuseaux différents plus petits qui permettaient de produire des dentelles plus larges nécessitant un plus grand nombre de fuseaux.

Après la première guerre mondiale on comptait encore quelques dentellières. Mais la seconde guerre mondiale verra la fin de cette dentelle traditionnelle.

La mise en eaux du barrage en 1952 engloutit le village, la dentelle et le savoir-faire des dentellières.

 Françoise Monneret, après un travail patient et minutieux de recherches a fait renaître la dentelle du Val de Tignes.  
Elle a permis à un groupe de passionnés de retrouver les gestes et le savoir-faire pour « contrarier » à nouveau les chevilles.

Ainsi est née l’Association Dentelle de Haute-Tarentaise.

Elle s’est donnée comme objectif de faire connaître cet art traditionnel de la dentelle du Val de Tignes et d’en transmettre l’apprentissage.

 Si, comme chacune d’entre nous, vous avez envie de faire chanter les fuseaux dans vos mains et de voir naître les merveilleux motifs, sélectionnez "stages" dans le menu de gauche.